Accueil > > Newsletter > Veille stratégique > Un frein automobile qui limite la pollution en ville ?

Un frein automobile qui limite la pollution en ville ?

L’équipementier automobile Bosch a développé un nouveau type de freins qui permettrait de réduire considérablement la poussière de freinage et donc l’émission de particules polluantes.
Le leader allemand a repensé les freins à disque traditionnels pour concevoir ses iDisc. Après des années de développement, ils sont désormais prêts à entrer en production dès fin novembre, mais l’équipementier n’a pas encore annoncé quel constructeur allaient intégrer les freins à ses voitures.
La spécificité de ces nouveaux freins est l’absence de poussière produite. Dans les zones urbaines, en plus de la pollution inhérente aux émissions de CO2 dues à la combustion des carburants, une grande partie de la pollution atmosphérique provient des particules fines émises par les systèmes de freinage, les frottements des pneus et l’abrasion des routes.
Des chiffres des autorités allemandes montrent que les freins et les pneus sont responsables à eux seuls de 32% des émissions de particules engendrées par le trafic routier en ville, si ces véhicules sont équipés de systèmes de freinage traditionnel.
En termes de sécurité automobile, l’apparition des freins à disque au milieu des années 1950 était tout bonnement révolutionnaire. Avec une capacité de freinage décuplée, ce nouvel équipement a permis de sauver de nombreuses vies, presque autant que l’avènement de la ceinture de sécurité à l’époque.
Mais on se rend compte aujourd’hui qu’ils peuvent aussi incidemment contribuer à augmenter les atteintes à la santé, du fait de leurs émissions de particules fines de rouille et de poussière.
La filiale de Bosch, Buderus Guss, a toutefois réussi à quasiment régler ce problème. L’entreprise avance une réduction de 90% des poussières de freinage par rapport à un disque de frein classique en fonte grise.
La base de l’iDisc reste un disque de frein classique mais soumis à un traitement mécanique, thermique et galvanique, puis doté d’un revêtement en carbure de tungstène.
Au final, la filiale allemande a réussi à produire un disque plus cher que celui en fonte largement utilisé aujourd’hui, mais tout de même bien moins coûteux que les disques en carbone-céramique intégrés aux Ferrari et aux Porsche. « L’iDisc a toutes les qualités pour remplacer le disque en fonte traditionnel et devenir le nouveau standard sur le marché des freins à disque », a expliqué Gerhard Pfeifer, de Buderus Guss.

[La Dépêche, 23/11/2017]
Service lecteur : 61385