Archives du mot-clé Fabrication additive

Assises européennes de la fabrication additive du 19 au 21 juin 2018­ à Saclay

L’AFPR organise, du 19 au 21 juin 2018 à CentraleSupélec (saclay) les Assises Européennes de la Fabrication Additive, comme elle le fait depuis de nombreuses années. Cet événement sera une fois de plus l’occasion de rencontrer les acteurs du secteur et de découvrir les dernières innovations.

A cette occasion, les équipes de CTIF présenteront Éole, une trappe de maintenance d’avion obtenue en fonderie cire perdue et faisant appel aux techniques d’optimisation topologique et de fabrication additive. Cette innovation produit-process a permis un gain de masse de 30 % à iso-performance mécanique.

Après un 1er succès en 2016 avec une pince robot de laminoir (pince LETo développée en collaboration avec Spartacus3D), CTIF a remporté pour la 2e fois le trophée 3D PRINT 2018 en association avec SOGECLAIR aeropspace.

Porte Eole

Éole à gauche dans sa version optimisée de fonderie (4.8 kg) et à droite la version initiale usinée dans la masse (7.2 kg).

Par ailleurs, Paul-Henri Renard, Directeur Général de CTIF co-animera une table ronde le 20 juin de 17h00 à 18h30 sur la problématique de la formation, le recrutement et les ressources matérielles nécessaires pour mettre en œuvre la chaîne de la Valeur de la fabrication additive. En effet, pour faire de la fabrication additive  une réussite industrielle, il faut un soutien des banques, une volonté commune des donneurs d’ordres et des fabricants de pièces de co-développer (avec partage des risques), du personnel compétent et des marchés d’applications pertinents et adaptés à la technologie « 3D printing ». Si ces problématiques vous intéressent, c’est le 20 juin à 17H00 !

 

 

Vous souhaitez plus d’informations sur ce salon ? cliquez ici
Vous souhaitez plus d’informations sur la trappe Éole ? cliquez ici
Vous souhaitez nous contacter ? cliquez ici

La porte EOLE s’invite au 3D Print Trophy

Le salon 3D PRINT, le plus grand salon professionnel réservé aux industriels de la fabrication additive ouvrira ses portes du 5 au 7 juin 2018 à Lyon Eurexpo.

Les équipes de CTIF vous accueilleront sur le stand E02BIS pour présenter ses activités d’Innovation (structures lattices, intermétalliques, bi-matériaux), de Conseil (R&D, conception-simulation, procédés, outillages, veille technologique), de Laboratoires accrédités COFRAC et PRI NADCAP (essais et analyse de défaillance) et de Formation (continue et initiale, qualifiante).

Le salon mettra à l’honneur des exemples concrets et des réalisations innovantes réalisées par les industriels. SOGECLAIR aerospace concourra pour le Trophée 3D Print avec la porte de maintenance aéronautique EOLE qui a été développée conjointement avec CTIF et en partenariat avec  les sociétés Voxeljet et Ventana. Cette porte, moulée par le procédé de cire perdue en carapace, est la preuve que la fonderie permet de réaliser des pièces de forme complexe combinant faibles épaisseurs (2 mm), grandes dimensions (350 x 700 mm) et intégration de fonctions optimisées topologiquement. Au final, il a été possible de diminuer le poids de la porte de 30 % par rapport à une architecture conventionnelle usinée dans la masse.

Pour plus d’informations sur le salon 3D Print.

Cliquez ici pour plus d’informations sur la porte EOLE présentée au salon du Bourget ou contactez Didier Linxe.

 

Advanced Manufacturing Meeting, 29-30 mai, à Clermont-Ferrand

Après deux éditions réussies, Advanced Manufacturing Meetings revient les 29 et 30 mai 2018 à Clermont-Ferrand. Il s’agit d’un unique événement qui offre à la fois la possibilité de faire le point sur l’actualité d’un marché à travers des conférences et de bénéficier de contacts ciblés grâce à des rendez-vous d’affaires pré-programmés. Cette nouvelle édition met à l’honneur la place du digital dans les industries.

Organisée en parallèle d’Advanced Manufacturing Meetings, la convention d’affaires Innomat s’impose comme le lieu incontournable pour avoir une vision complète sur l’usine du futur : ses nouveaux procédés et ses matériaux innovants.

Innomat est un lieu de rencontres et d’échanges indispensables pour les sociétés recherchant et/ou proposant des solutions dans le domaine des matériaux innovants.

Les secteurs industriels sont très largement représentés :

  • Aérospatial et Défense,
  • Biomédical,
  • Automobile,
  • Agro-alimentaire,
  • Naval,
  • Ferroviaire, …

CTIF se positionne comme votre partenaire de choix sur ces secteurs. Nous vous accompagnerons au bout de vos développements (conception, industrialisation, production, post process et métallurgie) et découvrez notre offre unique sur le marché.

Retrouvez ici toutes les informations pratiques liées à :
Advanced Manufacturing Meetings
Innomat

Vous souhaitez nous contacter ? cliquez ici.

 

 

ADD FAB 3D Printing Business Show : Les métaux en Fabrication Additive

AddFab rassemblera les 30, 31 mai et 1er juin 2017, Porte de Versailles, les acteurs les plus importants de l’industrie de l’Impression 3D ou Fabrication Additive. Y seront regroupées les sociétés les plus représentatives et novatrices du secteur, de la Start-up à l’entreprise internationale, de l’Industrie à la Santé, du Transport au SAV et à la Maintenance, et les exposants du ADD FAB.

Didier Linxe, Expert CTIF en Fabrication Additive animera une conférence-atelier sur : « Les métaux en fabrication additive » le 30 mai de 11h à 12h 15.

Il axera sa conférence sur les technologies suivantes :

  • Fusion laser sur lit de poudre (SLM)
  • Fusion par faisceau d’électrons (EBM)
  • Projection de poudre (Laser Cladding)
  • Fusion par dépôt de fil
  • Impression 3D métal sans fusion et avec ajout de liant

sur les matériaux disponibles et sur les applications par secteur.

A noter que les CTIF sera présent sur le stand n° G 20.

Sur le sujet, lire aussi :

 

18 % des entreprises imprimeraient leurs pièces détachées

metal-news-ctif-veille-strategique-fabrication-pieces-fabrication-additive

Selon un audit du cabinet EY, 18 % des entreprises estiment que la fabrication additive leur permettra d’imprimer leurs pièces détachées. La figure ci-dessus montre quelques disparités selon les secteurs industriels.

Fabrication additive disparité des secteurs industriels

Fabrication additive : disparité des secteurs industriels

L’enquête a été menée par le cabinet EY en avril 2016 auprès de 900 décideurs, répartis dans 12 pays et représentant 9 secteurs d’activité les plus susceptibles d’être impactés par la fabrication additive.

[Etude Cabinet EY, 2016]

Service lecteur : 60369

Les 21èmes Assises Européennes de la Fabrication Additive

metal-news-assise-fabrication-additive

Les 21èmes Assises Européennes de la Fabrication Additive se sont déroulées du 21 au 23 juin 2016 à l’Ecole Centrale de Paris. Cet événement a une nouvelle fois réuni un grand nombre d’intervenants français et européens en fabrication additive (fournisseurs de machines, donneurs d’ordre, chercheurs, universitaires…). L’événement s’est achevé par la remise des Trophées de l’AFPR, récompensant des réussites exceptionnelles d’entreprises et de chercheurs.

Impression 3D : les solutions proposées par les fabricants

Contrairement à ces dernières années où les présentations étaient axées sur les technologies et les performances des machines, ou sur les marchés de l’impression 3D, cette année elles étaient plutôt centrées sur la chaîne numérique avec la mise en avant des possibilités offertes par la fabrication additive, au travers d’exemples industriels.

Ainsi, une session complète était dédiée à la chaîne numérique et plus particulièrement, à la conception de pièces avec l’aide d’outils informatiques comme l’optimisation topologique ou la simulation de fabrication. Concevoir pour la fabrication additive demande de nouveaux outils de conception, c’est pourquoi deux éditeurs de logiciel, Dassault Systèmes et Altair ont présentés leurs solutions.

Daniel Pyzak a présenté la plateforme 3DExperience de Dassault Système où des solutions sont intégrées pour faciliter le développement de pièces en fabrication additive avec notamment l’outil d’optimisation topologique. En effet, la fabrication additive permet de réaliser des pièces avec des géométries organiques, issues de calcul topologique pour un coût acceptable. Au-delà de la conception numérique, la plateforme 3DExperience intègre également la simulation, ce qui permet de valider virtuellement la pièce en prenant en compte les contraintes liées au procédé de fabrication additive (géométrie, matériaux, trajectoires du laser, supports).

La solution d’Altair a été présentée par Jean-Pierre Roux. Une solution qui se veut également tout intégrée de la conception à la fabrication en passant par la simulation numérique de validation des pièces. Cette présentation a récapitulé les différents types de conception possible que propose Altair avec notamment la possibilité de générer des structures lattices. Deux types d’optimisation sont donc envisageables, la première est une optimisation topologique classique suivit d’une génération de la CAO directement intégrée dans la suite Hyperworks (nouveau module 2016) et la seconde une optimisation topologique avec l’intégration de structures lattices dans certaines zones. Les structures lattices permettent d’alléger encore plus les pièces mais imposent la fabrication additive comme procédé de fabrication.

CTIF est également intervenu lors de la session dédiée à la chaîne numérique pour présenter un cas d’étude industriel, la pince LETo. Elle a fait l’objet d’une phase d’étude amont (étude de la tenue à chaud par cyclage thermique, optimisation topologique, reconception et calcul mécanique de validation) avant d’être réalisée en fabrication additive. La pièce est actuellement en phase de tests industriels chez Setforge.

Phase de conception et de réalisation

Phase de conception et de réalisation

De nouveaux acteurs sur le marché

Globalement, lors de ces assises, nous avons retrouvé peu de nouveaux acteurs, qu’ils soient universitaires, constructeurs de machine ou prestataires. Toutefois, deux nouveaux acteurs notables sont entrés en scène lors de ces assises, il s’agit des entreprises DCNS et Fives Michelin Additive Solutions.

DCNS, groupe industriel français spécialisé dans l’industrie navale militaire, l’énergie nucléaire et les infrastructures marines, a présenté une étude sur l’analyse de la défectologie de pièces réalisées en fabrication additive par le procédé SLM (Selective Laser Melting) en acier inoxydable 316L selon trois stratégies de lasage afin de voir leurs influences.

Fives Michelin Additive Solutions est quant à lui un nouveau fournisseur de solutions industrielles en impression 3D métallique au travers de sa marque AddUp. Cette société est un regroupement de deux grandes entreprises françaises : Michelin qui apporte son expertise de production de série, à l’échelle industrielle, de pièces de moules complexes en fabrication additive pour la production de pneumatique et Fives qui a une bonne expertise sur la conception, la production et la maintenance de machines et équipements industriels.

L’un des autres grands sujets de ces assises est la normalisation en fabrication additive. En effet, l’activité de normalisation se développe de plus en plus et depuis 2010 de nombreux groupes (plus d’une quinzaine) travaillent aux niveaux ISO et ASTM sur des sujets tels que les essais non destructifs, les exigences de qualité et la caractérisation de poudres métalliques.

Contact : C.OLLIVIER

3D PRINT l’événement majeur de la fabrication additive

metal-news-ctif-3d-print-salon-de-la-fabrication-additive-participation-de-ctif

Après deux éditions plébiscitées par les industriels, 3D PRINT le plus grand salon professionnel réservé aux industriels de la fabrication additive revient les 4 et 5 octobre 2016 à Lyon Eurexpo.

Cette troisième édition passe à la vitesse supérieure en doublant le nombre de ses exposants et sa surface. Basé  sur un concept interactif et pédagogique, 3D PRINT a pour objectif de mettre à disposition des entreprises de tous secteurs les clés pour apprendre les technologies de fabrication additive et en maîtriser les usages.

Sur le stand B18,  les équipes de CTIF présenteront leurs activés de Conseil (R&D, conception-simulation, procédés, outillages, veille technologique), de Laboratoires accrédités COFRAC et PRI NADCAP (essais et analyse de défaillance) et de Formation (continue et initiale).

Les experts de CTIF participeront à ce salon et dans un prochain numéro de Metal News ils nous feront partager leur retour.

Approche globale et expériences partagées

Près de 150 sociétés référentes présenteront leurs savoir-faire en fabrication additive : imprimantes 3D, scanners, logiciels, fabricants de machines, design, R-D, matériaux, prototypage rapide, Fab labs, contrôles…
Ainsi toute la chaîne de valeur de la fabrication additive sera couverte pour permettre aux visiteurs d’avoir une vision d’ensemble de leurs technologies et de leurs applications.

Les machines auront la part belle avec des démonstrations qui se dérouleront en continu. 3D PRINT sera pendant deux jours la plus large exposition de machines en fonctionnement en France.

Des conférences, des démonstrations live et des retours d’expérience d’industriels seront des éléments clés de ces journées. Des industriels et des experts apporteront leurs témoignages et leurs points de vue.

Conférences et ateliers

En accès libre et gratuit, les conférences aborderont de façon ciblée les thèmes majeurs du secteur en traitant des spécificités et des solutions technologiques pour l’ensemble des secteurs industriels : automobile, aéronautique, médical, transport, bâtiment … Deux programmes en parallèle sont au programme pour cette édition 2016 avec plus de 30 thématiques abordées et quelques 90 intervenants. Citons notamment : panorama des matériaux d’impression, comment tirer parti de la fabrication additive ? impression 3D et contrefaçon, état de surface : talon d’Achille de la FA etc….

Voir le programme complet sur www.3dprint-exhibition.com

En parallèle, des ateliers organisés par les exposants apporteront un éclairage précis aux visiteurs sur les dernières avancées technologiques et permettront de favoriser les échanges et les rencontres entre les professionnels.
Afin de récompenser les projets marquants des exposants, un jury d’experts décernera le 4 octobre le trophée 3D PRINT à la meilleure démarche industrielle intégrant la fabrication additive.
Un show room présentera de pièces techniques et emblématiques réalisées en fabrication additive.

Impression par sérigraphie d’une pâte métallique

Des chercheurs du Fraunhofer IFAM développent avec Bauer Technologies une nouvelle technique d’impression de métal par sérigraphie 3D. Elle est destinée à la production de masse de petites pièces métalliques avec une précision plus grande que celle des techniques concurrentes.

Le procédé consiste en l’extrusion d’une pâte dans un espace très précis entre deux feuilles à travers un masque généré par ordinateur. Le mouvement du screen permet de créer des structures très précises jusqu’à 60 µm, sans support.

L’épaisseur de paroi peut être de 50 µm; des canaux très fins peuvent être fabriqués.

Impression par sérigraphie d’une pâte métallique. Impression sur une ligne intégrée de grande productivité (10 000 pièces/jour).

Les couches sont empilées puis frittées comme classiquement.

Le procédé est applicable à différents matériaux : métal, céramique, verre et même multimatériaux et matériaux à gradient. Ils peuvent être sous forme de poudre sphérique (atomisée) mais aussi dendritique (formes inhomogènes).

Les chercheurs ont testé l’inox, le Cu, le Ti etc.

La machine actuelle comprend deux tables d’impression, une surface de travail de 300 mm x 300 mm, une chambre fermée, un contrôle de l’atmosphère etc.; elle peut produire 1.5 million pièces par an mais la version commerciale devrait monter jusqu’à 7 millions.

De grands composants imprimés pour des satellites

metal-news-ctif-veille-strategique-thales-composant-imprimes-satellites

Thales Alenia Space a annoncé que ses satellites de télécommunication Koreasat 5A et 7, actuellement en construction, contiendront les plus grands composants imprimés en 3D jamais réalisés en Europe pour des véhicules spatiaux.
Les supports d’antenne et de télémétrie en question seront fabriqués en aluminium et mesureront 45 x 40 x 21 cm. Ils seront imprimés par fusion laser sur une machine Concept Laser Xline 1000R, disponible chez son partenaire Poly-Shape et capable d’imprimer les deux demi-pièces en une fois.

Le nouveau design permet de gagner 22 % en poids, de réduire les coûts de 30 % et les délais de production de 1 à 2 mois et d’obtenir de meilleures performances.

[webtimemedias.com, 10/2015]

Service lecteur : 59328

Contact : Christine Colliard

Des noyaux complexes imprimés en 3D

metal-news-ctif-veille strategique-noyaux-complexes-fabrication-additive-fam

La société américaine Michigan’s REL Inc développe un démonstrateur de réservoir à gaz naturel liquéfié destiné au marché des véhicules utilitaires américains réalisé en alliage d’aluminium moulé en coquille coulé en basse pression. Cette pièce intègre directement un double circuit d’échangeur obtenu par un noyautage sable complexe imprimé en 3D.

[Modern Casting, 02/2016, p. 20-23]

Service lecteur : 59947

Contact : Christine Colliard