Accueil > Salon Formnext 2016 : que faut-il retenir ?

Salon Formnext 2016 : que faut-il retenir ?

Le salon européen Formnext dédié à la fabrication additive a réuni du 15 au 18 novembre à Francfort (Allemagne) les principaux acteurs mondiaux : des fournisseurs d’imprimantes de bureau pour le plastique, aux imprimantes industrielles pour le métal, en passant par les fournisseurs de matériaux, de solutions de contrôle ou de logiciels dédiés. Une équipe d’ingénieurs […]

metal news ctif formnext 2016 nouveautes fabrication additive

Le salon européen Formnext dédié à la fabrication additive a réuni du 15 au 18 novembre à Francfort (Allemagne) les principaux acteurs mondiaux : des fournisseurs d’imprimantes de bureau pour le plastique, aux imprimantes industrielles pour le métal, en passant par les fournisseurs de matériaux, de solutions de contrôle ou de logiciels dédiés.

Une équipe d’ingénieurs de CTIF s’est rendue à Francfort pour la deuxième édition de ce salon. Ils nous livrent leurs impressions.

Les nouvelles technologies

La grande nouveauté est l’apparition de la technologie NanoParticle Jetting TM. Cette nouvelle technologie de fabrication additive du fabriquant Israélien Xjet permet d’imprimer des pièces métalliques (316L, Argent) et céramiques couches après couches avec une précision de quelques microns. La vitesse de fabrication de 1mm/h limite la dimension des pièces imprimées à des pièces de micromécanique même si les dimensions du plateau de fabrication autorisent des pièces de plus de 250 mm. La machine de production doit encore subir quelques tests et sera mise sur le marché mi-2017.

Fusion sur lit de poudre

En ce qui concerne les technologies de fusion laser sur lit de poudre, il n’y a pas d’évolutions technologiques majeures. L’innovation réside dans l’intégration de la production de pièces en série avec l’intégration de modules automatisés de chargement/déchargement et dépoudrage de la machine afin de créer des lignes de production autonome. L’interaction de l’utilisateur avec la poudre est ainsi réduite, ce qui permet de limiter les risques de contamination et les problèmes de manipulation des poudres. Le concept précurseur sur ce sujet de la société Additive Industries (Hollande) se développe chez ses concurrents allemands SLM Solutions et Concept Laser ainsi qu’en France chez Add Up.

Fabrication additive par déposition directe

La fabrication additive par déposition directe de métal telle que le CLAD, le cold spray, le wire-feed ou même les machines hybrides étaient grandement représentée. Les grands noms de l’usinage 5 axes comme DMG Mori ou Hermle présentaient leur solution de machines hybrides, usinage et projection de poudre pour DMG Mori et usinage et cold spray pour Hermle. La société française BeAM était également présente et faisait la promotion de sa dernière machine Magics2 qui autorise la fabrication de pièces de plus d’un mètre de haut avec un temps d’inertage de la chambre divisé par 7 par rapport à l’ancien modèle.

 Nouveaux logiciels

De nouveaux logiciels (Autodesk simulation, Simufact additive, Exasim) dédiés à la fabrication additive étaient exposés : les logiciels de simulation du procédé de fabrication additive sur lit de poudre où l’on vient simuler la fabrication de la pièce avec ses supports mais également son traitement thermique, la découpe du plateau et le retrait des supports de fabrication. Des éditeurs de logiciel de structures lattices présentaient leurs dernières avancées, avec notamment les solutions de Autodesk ou de Materialise. Il est en effet, désormais possible de concevoir, calculer et optimiser mécaniquement ces structures lattices.

Des marchés cibles 

Des fabricants de pièces et de services bureaux européens exposaient leurs développements, ce qui a permis à notre équipe d’avoir un retour sur les différents marchés. Le dentaire et le médical restent très présents (prothèses, couronnes,…) que ce soit pour des applications métalliques, plastiques ou résines. L’aéronautique est un bon candidat pour la fabrication additive avec des pièces complexes, allégées et de petite série. Le Conformal Cooling a également était retrouvé pour les moules métalliques ainsi que l’intégration de structures lattices afin de réduire la quantité de matière à imprimer et optimiser le refroidissement tout en gardant une structure rigide.

Des acteurs très importants dans la chaîne de fabrication additive étaient également présents : fabricants de matière première et fournisseurs de solutions de contrôle des pièces.

A noter que la gamme de matériaux s’étend grandement sur le métal avec des poudres classiques comme les aciers, le titane, les aluminiums mais également avec des poudres plus spécifiques comme le cuivre, le bronze, le magnésium, l’or ou l’argent.

Les fournisseurs de matériaux plastiques ou de résines évoluent également avec de nouveaux matériaux pour le dentaire et également pour une utilisation en fonderie cire perdue (moins cher, moins de résidu, facile à mettre en œuvre…).

Contact : Camille Ollivier

En savoir plus sur :

Vidéo

CTIF en bref

  • 1 fonderie semi-industrielle
  • 3 plate-formes d'essais
  • 8 imprimantes 3D métal
  • 1 centre de calcul
  • 5 000 m² de laboratoires
  • 1 centre de formation
  • 1 service de veille/prospective
  • 5 antennes régionales
  • 110 personnes
  • 70 ans d’expérience
  • Ils nous font confiance

    Plus de 400 entreprises ont déjà fait confiance au CTIF.