Accueil > > Newsletter > Veille stratégique > Reconnaissance radiographique des défauts de fonderie

Reconnaissance radiographique des défauts de fonderie

Cet article souligne que la reconnaissance automatique ou assistée par ordinateur de défauts (ADR Automatic or Assisted Defect Recognition) dans les applications radiographiques a été utilisée pendant des décennies en fonderie. L’auteur précise, qu’en raison des avancées dans le domaine des tubes à rayons X, des détecteurs et grâce à de meilleurs logiciels avec des algorithmes améliorés, elle devient de plus en plus importante dans les processus de production. L’acceptation et la mise en œuvre de la radiographie numérique dans virtuellement tous les marchés ont ouvert la voie à un grand nombre d’outils logiciels de solutions automatiques de traitement de l’image avec l’avènement des technologies numériques appliquées aux images. Le principe est le suivant : le système infère ce qu’est un défaut et le logiciel analyse l’image radiographique, identifie plus facilement des défauts qui, auparavant, étaient difficiles à voir et prend la décision ou émet une recommandation lui-même sur l’acceptation ou le rejet de la pièce sans intervention, ni décision de l’opérateur et en fonction des paramètres du système, des caractérisations, des mesures et d’autres facteurs. En plus de la détection des défauts et des anomalies, le logiciel permet de classer les défauts. Les prérequis pour accepter ou rejeter les pièces peuvent être par exemple : 

  • le nombre de défauts,
  • la distance du défaut,
  • la densité du défaut,
  • les porosités,
  • les inclusions.

Les résultats obtenus dépendent :

  • de la manipulation et de la façon dont la pièce est fixée,
  • de la conception et de la complexité de la pièce, de la rugosité de la surface et de la cohérence de la production,
  • de la qualité de l’image.

Le but est d’obtenir « zéro acceptations erronées ». Cela peut demander du temps et de l’effort pour créer l’algorithme correct, corréler les données requises, approuver l’approche statistique requise et traiter les données nécessaires mais la technologie a le mérite d’exister pour rendre cela possible.

[Modern Casting, 05/2016, p. 57-61]

Service lecteur : 60977

Contact : colliard@ctif.com