Accueil > Quoi de neuf depuis la participation de CTIF au projet VALBOM ?

Quoi de neuf depuis la participation de CTIF au projet VALBOM ?

De 2013 à 2015, CTIF a participé au projet VALBOM qui portait sur l’évaluation de nouvelles matières ferreuses issues du secteur du roulement pour l’élaboration d’aciers en fonderie. L’objectif principal du projet était de structurer une filière pérenne de valorisation métallurgique des matières pré-compactée, de garantir la traçabilité et la qualité des briquettes issues du […]

De 2013 à 2015, CTIF a participé au projet VALBOM qui portait sur l’évaluation de nouvelles matières ferreuses issues du secteur du roulement pour l’élaboration d’aciers en fonderie. L’objectif principal du projet était de structurer une filière pérenne de valorisation métallurgique des matières pré-compactée, de garantir la traçabilité et la qualité des briquettes issues du compactage pour leur valorisation et de pérenniser la filière.

Aujourd’hui, les fondeurs s’adressent à CTIF pour réaliser l’analyse de matières métalliques issues de nouveaux gisements (dont des boues métalliques issues de rectification) ou lui confier tout ou partie de la démarche structurée que propose CTIF pour valider la pertinence d’intégrer ces nouvelles matières :

  • aide à la pré-évaluation des gisements nouveaux (selon volumes, composition, propreté, densité, format),
  • recherche de repreneurs potentiels compatibles (selon les métallurgies élaborées) pour lesquels les matières proposées seront compétitives,
  • accompagnement des détenteurs de gisement et des fondeurs pour choisir les meilleures solutions techniques, respectivement pour la préparation des matières, et leur introduction dans les matières premières de la fonderie,
  • fiabilisation des méthodes et conditions de fabrication pour assurer la qualité des pièces et la rentabilité de la filière (pour le détenteur de gisement autant que pour le repreneur des matières).

Un savoir faire propre

En tenant compte des nouveaux enjeux du recyclage et de l’économie circulaire auxquels la fonderie peut contribuer et dont elle peut bénéficier, CTIF a réalisé différentes actions significatives dans le domaine, notamment dans le cadre du projet VALBOM, résumées ci-après :

  • Caractérisation des matières (état physique, composition chimique, détection des éléments indésirables).
  • Tests de fusion à la fonderie expérimentale de CTIF.
metal-news-ctif-essais-laboratoire-tests-coulee-fonderie-experimentale

Tests de coulée à CTIF (photo Manoir Industrie)

  • Organisation et pilotage d’essais d’introduction des matières sur site industriel en partenariat avec Manoir Industrie Saint-Brieuc.
metals-news-ctif-pilotage-essais-fonderie

Pilotages d’essais sur site industriel (photo Manoir Industrie)

  • Contrôle de la qualité des métaux élaborés et des pièces coulées.
  • Organisation et pilotage d’essais de validation avec la mesure des rejets atmosphériques en sortie de cheminée des fours de fusion.
metal-news-ctif-analyse-mesure-rejets-atmospherique

Analyse et mesure des rejets atmosphériques (photo Manoir Industrie)

  • Validation d’un cahier des charges portant sur les matières à enfourner en fonction du type de four de fusion utilisé (four à arc dans le cas du projet VALBOM).

Des essais industriels dès 2014

  • Six fusions de six tonnes avec introduction maîtrisée de boues métalliques compactées ont été réalisées en 2014 avec coulées et livraisons aux clients finaux des pièces produites (d’une masse de 700 kg à 3 tonnes).
  • La qualité des métallurgies élaborées a été maîtrisée jusqu’à la production de pièces moulées conformes aux cahiers des charges clients.
  • Des niveaux des rejets atmosphériques conformes aux normes en vigueur ont été maintenus.
  • La pertinence du bilan technico-économique de l’utilisation de matières ferreuses issues des boues de rectification en fonderie d’acier au four à arc a été démontrée, sur production de série, sans retour client.

 

ctif-schema-boues-d-usinage

Schéma illustrant le contexte des boues d’usinage en France (source CETIM)

Quelles suites aujourd’hui

Le travail de normalisation est en cours pour la caractérisation et la qualification des briquettes (NF E 22-450), en collaboration avec l’UNM et le syndicat professionnel Artéma (la Fédération Forge Fonderie est membre du groupe de travail concernant cette norme). La norme (édition prévue en août 2016) devra permettre de garantir la traçabilité et la qualité des briquettes en spécifiant les caractéristiques que devront présenter les briquettes de meulures de rectification de roulements et la façon de les déterminer. La norme devrait faciliter le développement d’une nouvelle filière d’approvisionnement de ces matières ferreuses, moins chères que les autres catégories de ferrailles correspondantes à la norme actuelle NF A08-821 de septembre 2013.

Pour permettre aux fondeurs d’accéder à ces nouvelles matières ferreuses à bas coût, CTIF a lancé récemment (en partenariat avec la Fédération Forge Fonderie) un Appel à Manifestation d’Intérêt concernant des gisements de briquettes identifiés dans la continuité du projet VALBOM et disponibles sur le marché. Cette enquête est réalisée en Europe (7 pays dont la France) auprès des repreneurs potentiels identifiés par CTIFpour ce qui concerne les fonderies équipées de fours à arc.

CTIF participe également à l’enquête publique concernant la future normalisation des briquettes (NF E 22-450).

En résumé

Si vous envisagez l’essai de l’introduction de nouvelles matières métalliques, contactez-nous. Spécialisé dans les matériaux métalliques et avec 70 ans d’expérience, CTIF analysera vos problématiques, vous conseillera et vous accompagnera avec méthode pour la mise en place de solutions compétitives selon les règles de l’art. Alors pour relever vos nouveaux défis n’hésitez pas à nous contacter pour définir et mettre en œuvre les solutions les plus pragmatiques et les plus rentables.

Contact Jean-Bernard Virolle

Voir la vidéo

Vidéo

CTIF en bref

  • 1 fonderie semi-industrielle
  • 3 plate-formes d'essais
  • 8 imprimantes 3D métal
  • 1 centre de calcul
  • 5 000 m² de laboratoires
  • 1 centre de formation
  • 1 service de veille/prospective
  • 5 antennes régionales
  • 110 personnes
  • 70 ans d’expérience
  • Ils nous font confiance

    Plus de 400 entreprises ont déjà fait confiance au CTIF.