Accueil > > Newsletter > Lu dans la presse > La forge-fonderie et la chaudronnerie retrouvent des couleurs

La forge-fonderie et la chaudronnerie retrouvent des couleurs

Malgré la poussée des composites, les métaux préservent leur suprématie dans de nombreux secteurs, en particulier celui des transports. Ainsi dans l’automobile, l’acier domine toujours aussi nettement, notamment grâce à ces aciers à éléments durcissants qui augmentent la résistance sans réduire la formabilité ni la soudabilité. Dans l’aéronautique, c’est l’aluminium qui renforce ses positions avec les alliages aluminium-titane (pour les structures d’avions) ou l’aluminure de titane (pour les aubes de turbine). Quant au ferroviaire, l’acier est toujours largement utilisé pour les pièces de structure.

Résultat, après plusieurs années en dents de scie, l’activité de la forge-fonderie française semble enfin amorcer sa reprise. La progression est faible mais réelle. « Cumulés, les chiffres d’affaires de la forge (1,627 Md€) et de la fonderie (5,417 Mds€) française, ont atteint le montant de 7,4 Mds€, soit une augmentation de 0,6% par rapport à 2015 », explique Jean-Luc Brillanceau, directeur général de la Fédération forge-fonderie. Preuve de sa vitalité, la Fédération forge-fonderie vient d’accueillir en son sein le Syndicat (des fabricants de) moules & prototypes.

Si les volumes ont diminué (-2,1 %) ainsi que les effectifs (-1,9 %), « ces baisses sont moindres qu’avant, ce qui pourrait annoncer l’inversion de la courbe. La relance du marché automobile et le maintien de l’activité aéronautique ont apporté de l’oxygène à nos entreprises, précise-t-il, avec des hausses de 4% en volume pour la forge automobile et de 2,5 % pour la fonderie hors fontes de voirie et de bâtiment. » (…)

Par ailleurs, une évolution majeure se dégage, celle de la digitalisation croissante des systèmes de production en métallurgie, pour améliorer la qualité, la productivité et la maintenance des équipements, Jean-Luc Brillanceau signale ainsi que « les fonderies et les forges peuvent aujourd’hui profiter des services collaboratifs de Mobility Work, une GMAO nouvelle génération, mobile et communautaire qui permet d’améliorer facilement et rapidement la gestion de leurs interventions et de leur budget de maintenance, en s’appuyant sur la puissance d’une importante communauté en ligne de techniciens de maintenance. »

Mais les compétences doivent suivre, et les formations adéquates manquent souvent. « La fédération y travaille, souligne-t-il, de même que nous réfléchissons à l’évolution de nos approches face à l’innovation et à l’internationalisation des marchés dans un monde de moins en moins formaté et de plus en plus incertain. »

[L’Usine Nouvelle, 22/06/2017]

Service lecteur : 61151