Accueil > > Newsletter > Veille stratégique > La fabrication additive métal à l’horizon 2024

La fabrication additive métal à l’horizon 2024

Une étude confirme la montée en puissance de la fabrication additive métal d’ici 2024.
L’étude publiée par Global Market Insights prévoit que la taille du marché de la fabrication additive métal, qui était supérieure à 215 millions de dollars en 2016, devrait augmenter de 27 % d’ici 2024. Le rapport se concentre sur la fusion sur lit de poudre métallique. Nous retrouvons notamment la technologie de frittage laser direct de métal (DMLS) ou encore l’Electron Beam Melting qui utilise des faisceaux d’électrons. Dans tous les cas, le matériau de base est une poudre métallique.
Les alliages à base de titane, nickel, cobalt, aluminium et cuivre sont utilisés dans le procédé de fabrication additive pour produire divers composants tels que des turbines, conduits, vannes ou tout type de structures complexes nécessaires aux industries aéronautique, automobile mais aussi du pétrole et du gaz. Le rapport explique que ce sont des matériaux qui possèdent des propriétés supérieures comme une bonne résistance à la corrosion et à la chaleur, ce qui inciterait les différents acteurs de ces industries à les utiliser. Toutefois, les matières premières restent chères ce qui pourrait avoir un impact sur la fabrication additive et les tendances du marché.
Cependant la tendance est à la confiance les industries citées apprécient les bénéfices apportés par cette technologie face aux méthodes classiques (liberté dans la conception, une possibilité de personnalisation plus importante, création de pièces fonctionnelles directement).
Les poudres de titane par exemple devraient connaître une croissance de 29 % d’ici 2024 et seraient principalement utilisées dans le secteur aérospatial où elles offrent une résistance à la corrosion et aux intempéries importante.
Quant à l’acier inoxydable, il devrait dépasser les 240 millions de dollars en 2024 et utilisé principalement sur le marché automobile car il offre une très bonne résistance aux températures élevées, une légèreté et une bonne rigidité.
Le marché de la fabrication additive métal automobile devrait d’ailleurs augmenter de 25 % ses recettes globales. L’étude prévoit que l’impression 3D métal médicale dépassera les 200 millions de dollars en 2024, avec une fabrication accrue d’implants chirurgicaux.
Pour la France, la fabrication additive par poudres métalliques devrait atteindre 50 millions de dollars en 2024. Une croissance qui serait principalement menée par le secteur automobile. L’Allemagne enregistrerait un résultat plus élevé avec 70 millions de dollars, notamment grâce à la présence de grands groupes ayant recours à cette méthode de fabrication comme Volkswagen, Mercedes, Boeing ou encore Airbus. Enfin, le marché Asie Pacifique augmenterait ses recettes de 25 % grâce aux développements réalisés en Chine, Inde, Corée du Sud et Japon.

Fabrication Additive horizon 2024

Fabrication Additive à l’horizon 2024

Source : Traitements & Matériaux, 05/03/2018
Service lecteur : 61513