Accueil > > Newsletter > Actions pour la profession > La belle histoire de la pince Leto

La belle histoire de la pince Leto

metal-news-ctif- pince-leto-Setforge-Groupe-Farinia

L’entreprise Setforge, Groupe Farinia, rencontre des problèmes de maintenabilité sur des outillages de laminoir (pinces de robot). Ces outillages qui transportent des lopins métalliques de 7 kg à 1100°C subissent de très fortes sollicitations thermomécaniques qui entrainent la rupture de certains outillages.

L’enjeu pour la société est d’exploiter tout le potentiel de la fabrication additive pour développer un outillage de forge qui ait une tenue mécanique à chaud et une durée de vie améliorée, avec la possibilité d’intégrer des fonctions à coût réduit.

Une collaboration CTIF-Spartacus3D

CTIF avec la collaboration de la société Spartacus3D a donc envisagé de réaliser la pince de robot en fabrication additive métallique. Dans un premier temps, plusieurs procédés de fabrication ont été investigués : le mécano-soudé, la fonderie cire perdue et la fabrication additive. Un comparatif technico-économique a mis en évidence l’intérêt de la fabrication additive par rapport aux autres procédés alternatifs. La possibilité d’intégrer des fonctions multiples telles que le circuit de refroidissement interne ou la butée fond de pince a en effet rendu le procédé très attractif. C’est à cet instant qu’est née la Pince LETo.

La pince LETo en Inconel 718  a fait l’objet d’une phase d’étude amont (étude de la tenue à chaud par cyclage thermique, optimisation topologique, reconception et calcul mécanique de validation) avant d’être réalisée sur la machine de fusion laser EOS M280  de Spartacus3D. Les contrôles en CND (radiographie) montrent une structure exempte de tout défaut interne visible.

La pince LETo est actuellement en phase de tests industriels chez Setforge [metal-news-ctif-pince-leto-test-Setforge]et assure pleinement ses fonctions au sein du laminoir [metal-news-ctif-pince-leto-phase de test-sur laminoir.jpg ] . Si on estime déjà un coût de possession diminué de moitié, nous avons grand espoir de voir sa durée de vie rallongée au double.

Contact : Didier Linxe