Accueil > Interviews > 3 questions à David Muller (PEP)

3 questions à David Muller (PEP)

19/11/2015

Les grands donneurs d’ordre étaient tous présents lors de la journée du 3 novembre 2015 sur la fabrication additive organisée par CTIF. Sur place, ils nous ont livré leurs impressions.

David Muller, Responsable Business Unit Procédés et outillages chez PEP, Centre Technique de la Plasturgie et des Composites, a accepté de répondre à nos questions. 

Qu’attendiez-vous de cette journée ?

Obtenir plus d’informations sur la fabrication additive et avoir une vision claire de l’état d’avancement et de la vision des différents acteurs sur ce sujet. J’aimerais savoir comment elle est perçue par les différents acteurs, en sachant que nous sommes plus orientés « plasturgie » donc nous n’avons pas un focus aussi large que tout ce qu’on peut voir dans le cadre de cette journée.

Quelles applications sont concernées par la fabrication additive dans votre entreprise ?

Cela fait 15 ans que nous faisons de la fabrication additive. Aujourd’hui, nous l’appliquons de manière régulière dans le « conformal cooling », qui est un système de régulation d’outillage optimisé pour fabriquer des pièces plastiques. C’est un procédé dont nous avons une bonne maîtrise puisque nous le proposons commercialement depuis 2009-2010. A l’heure actuelle, nous continuons de travailler sur ces thématiques afin d’être capables d’étendre le champ d’application de ces technologies.

En quoi cette technologie a t-elle changé votre métier ?

Clairement, cela a aidé au développement de nouvelles approches en terme de conception. La technologie donne notamment la possibilité de concevoir différemment un élément de moule. Pour nous, cela veut dire qu’on est capable de le refroidir et de le réguler thermiquement différemment. Cela signifie que toute l’approche d’expertise thermique d’un outillage d’injection plastique peut être pensée de manière différente en prenant en compte cette technologie.

Cela nous a permis d’obtenir des performances de production à la fois techniques et économiques. Pour les industriels, cela représente une réduction moyenne du temps de cycle de 25 à 30%. Donc un gain de performance et de productivité très significatif.

Lire les autres interviews :

OFFRES ASSOCIEES

  • Le secteur de la démolition a le vent en poupe, à lire dans BTP Magazine. Les chiffres clés de l’impression 3D, à lire dans Les Echos.
  • ALLIAGES NON FERREUX Un métal qui flotte, c'est possible ? Des carrosseries en aluminium dans un futur proche? ALLIAGES FERREUX Suppression du graphite morcelé dans les fontes GS Limite d'endurance des cartes cyclindres en fonte GL FABRICATION ADDITIVE Un mini réacteur entièrement imprimé en 3D ENERGIE Une éolienne sans pale,…
  • Retour sur la journée CTIF Fabrication additive et métallurgie Nouvelle formation CTIF/ Spartacus3D sur la fabrication additive métallique CTIF participe à trois conventions d’affaires CTIF signe un contrat avec PSA
Partager
Toutes les interviews

Formation