Accueil > > Newsletter > Veille stratégique > Ferroviaire : investir, innover, exporter…

Ferroviaire : investir, innover, exporter…

Avec un chiffre d’affaires annuel d’environ 4 milliards d’euros, dont un quart d’exportations, l’industrie ferroviaire française est la deuxième d’Europe, la troisième du monde.

L’activité de la filière française devrait connaître une nette reprise à partir de 2022. La modernisation du réseau ferré français est un enjeu majeur pour la filière.

Grâce à ses avantages considérables par rapport aux autres modes de transport (sécurité, confort, faible empreinte environnementale…), le rail progresse partout : le marché mondial du ferroviaire a ainsi augmenté de 1,2 % par an depuis la période 2013-2015 et atteint en 2017 un total de 163,2 milliards d’euros. Cette dynamique est largement le fait de l’Europe de l’Ouest et de la région Asie-Pacifique, d’autres marchés tels que l’Afrique, le Moyen Orient ou l’Amérique latine marquent le pas… Des investissements importants ont été réalisés en matière d’infrastructures et de contrôle ferroviaire notamment en Pologne et en Inde. Selon les prévisions, cette dynamique devrait s’accélérer pour atteindre un rythme de 2,7 % par an jusqu’en 2023, laissant envisager un chiffre d’affaires mondial cette année-là de 192 milliards d’euros, en raison d’une part des investissements de développement dans les marchés émergents et d’autre part des investissements de rénovation et de modernisation des infrastructures, systèmes de signalisation et matériels roulants dans les marchés « matures », tirés par les opportunités liées à la numérisation, le big data et l’intelligence artificielle, l’e-mobilité et la libéralisation des opérateurs ferroviaires…une incertitude demeure : comment financer ces opportunités ?

Source : L’Usine Nouvelle, 07/03/2019.