Accueil > > Newsletter > Veille stratégique > De l’aluminium qui tue les bactéries

De l’aluminium qui tue les bactéries

Une jeune entreprise de Chicoutimi, A3 Surfaces, est sur le point de percer le marché de la fabrication des équipements sanitaires et médicaux. Elle a mis au point un procédé de traitement de surface de l’aluminium qui a la propriété de tuer les bactéries de façon beaucoup plus efficace que le cuivre ou l’acier inoxydable.

L’entreprise, présentement logée entre les murs du Cégep de Chicoutimi, a affiché ses couleurs au Salon de la Vallée de l’aluminium afin d’attirer l’attention sur le caractère novateur du procédé développé depuis 2009 avec la participation, entre autres, du docteur Daniel Gaudet, directeur du Centre de recherche et développement de l’hôpital de Chicoutimi. M. Gaudet détient les brevets du procédé unique.

En entrevue, Martin Lambert, l’un des fondateurs de A3 Surfaces, explique qu’il a œuvré à l’hôpital de Chicoutimi dans le passé à un poste de technicien de laboratoire médical. Avec son frère Jocelyn et Maxim Dumont, diplômé d’un DEC en transformation de l’aluminium, le trio a œuvré à développer un procédé visant à rendre des surfaces d’aluminium antimicrobien par l’injection de molécules d’ammonium et de sels d’argent. Le procédé d’anodisation complexe nécessite onze bassins de trempage par électrolyse contribuant à créer une couche d’oxyde d’alumine.

[Le Quotidien, 26/05/2017]

Service lecteur : 61083