Accueil > > Newsletter > Veille stratégique > Comment réduire l’arsenic et les métaux dans les sols pollués ?

Comment réduire l’arsenic et les métaux dans les sols pollués ?

Des chercheurs de l’Université Autonome de Madrid (UAM) ont incorporé des résidus dérivés du traitement de l’eau et du compost à des sols miniers, dans l’objectif d’immobiliser l’arsenic, le plomb, le zinc et le cuivre présents dans ces sols.

L’arsenic, ainsi que certains métaux, est présent naturellement dans les sols : plus de 245 minéraux en sont constitués. Toutefois, l’activité minière a fait remonter ces éléments à la surface du sol, mettant en danger la santé humaine et les écosystèmes.

Pour diminuer la mobilité de l’arsenic et des métaux dans les sols miniers, une équipe de scientifiques de l’Université Autonome de Madrid (UAM) et de l’Université de Sassari (Italie) ont utilisé des résidus dérivés du traitement de l’eau pour la consommation humaine (Fe-WTR), riche en fer, et du compost issu de déchets solides urbains.

Cette étude, publiée dans la revue Geoderma, révèle que les matériaux utilisés peuvent réduire la partie de polluants qui est la plus soluble et la plus accessible pour les plantes et les autres organismes du sol. Les résultats montrent que, après quatre mois, le Fe-WTR réduit jusqu’à 60% la fraction d’arsenic la plus facilement disponible. Cela s’explique par la formation de complexes insolubles entre l’arsenic et les oxydes et hydroxydes de fer du Fe-WTR. Le compost augmente cet effet dans la majeure partie des cas étudiés. Par ailleurs, la quantité de métaux est réduite, ceux-ci étant absorbés par le Fe-WTR et le compost. Les polluants restent ainsi dans le sol, mais ne sont pas transférés aux profondeurs du sol, des cours d’eau, des plantes et des micro-organismes.

[Diplomatie.gouv.fr, 28/04/2017]

Service lecteur : 61027