Accueil > > Newsletter > Veille stratégique > Aéronautique et Défense : des perspectives de croissance optimistes

Aéronautique et Défense : des perspectives de croissance optimistes

Selon l’étude de Deloitte « Growth Prospects remain upbeat – 2017 Global Aerospace and Defense Sector Outlook », l’industrie mondiale A&D en 2017 devrait connaître une croissance plus soutenue qu’en 2016 et 2015, aux alentours de 2%.  En France, alors qu’en 2015, avec 22 milliards d’euros, le secteur aéronautique et spatial a été le premier contributeur au commerce extérieur, les perspectives d’accroissement soutenu du trafic aérien mondial, notamment en Asie et au Moyen-Orient, constituent un atout majeur et durable pour l’industrie française. Les prévisions de commandes et, de facto, l’augmentation des cadences de production mettent d’ores et déjà la « supply chain » en tension, ce qui devrait pousser les constructeurs et les équipementiers à s’unir pour mutualiser les coûts, y compris en Recherche et Développement (R&D) et en innovation. L’opération de rachat de Zodiac par Safran, au début de 2017, est à ce titre emblématique de l’impératif de consolidation de l’écosystème du secteur. On peut faire l’hypothèse qu’en France, des opérations de ce type seront amenées à se développer de façon à intégrer et sécuriser les différentes filières du secteur. Par ailleurs les donneurs d’ordre de rang 1 ont désormais une conscience accrue de leur responsabilité dans un cadre d’entreprise étendue, ce qui constitue également un facteur de sécurisation de l’écosystème.

Le secteur défense, quant à lui, devrait progresser de 3,2 % sous l’effet des menaces sécuritaires au niveau mondial. À l’avenir, eu égard à des demandes croissantes d’avions militaires, notamment sous l’effet de tensions géopolitiques au Moyen-Orient, en Afrique mais aussi — et ce facteur devient de plus en plus prégnant — en mer méridionale, où la Chine revendique une expansion de son territoire maritime, l’Asie tendrait à devenir une destination de choix pour les industriels de l’armement, avionneurs inclus. En France, le budget de la Défense pour 2017 (hors pensions) s’établit à 32,7 milliards d’euros, en augmentation de 600 millions d’euros par rapport à celui de 2016. Il représente 1,77 % du Produit intérieur brut (PIB), contre 1,78 % en 2016. Il pourrait se rapprocher des 2 % espérés pour 2020. La trajectoire financière de la loi de programmation militaire (LPM) augmente donc dans un environnement géopolitique instable et sous la menace terroriste, évaluée à un très haut niveau en France.

[Etude Deloitte, 2017]

Service lecteur : 60958