Accueil > Espace abonnés > Développement d’aciers micro-alliés

Développement d’aciers micro-alliés

20/11/2013

Projet R1B2033
Diffusion réalisée en 2011 / 2012
Présentation des premiers résultats en Commission Technique de la Métallurgie des Aciers – mars 2012

La demande croissante d’aciers moulés à hautes performances et l’augmentation chronique du coût des matières premières conduisent à s’intéresser au mode d’action des différents éléments d’alliage introduits dans les aciers en teneurs plus ou moins élevées.

Il s’agit en fait essentiellement de remplacer ou de substituer partiellement les éléments d’alliages habituels (Cr, Ni, Mn) par d’autres éléments plus efficaces qui seraient ajoutés en plus faible quantité et agiraient plus fortement sur la microstructure et sur la trempabilité, tout en maintenant le carbone-équivalent à un niveau suffisamment bas pour améliorer la soudabilité.

Objectifs

Les objectifs du projet se résument en six points majeurs :

  • augmenter les performances mécaniques à température ambiante et à froid par la maîtrise de la microstructure du matériau,
  • optimiser la composition chimique et les conditions de traitement thermique,
  • réduire les coûts de production par :
    – la diminution de l’épaisseur des pièces (à caractéristiques mécaniques équivalentes)
    – la maîtrise des teneurs en éléments d’alliage
    – l’abaissement de la valeur du carbone équivalent,
  • améliorer la compétitivité de la fonderie d’acier,
  • concurrencer les aciers corroyés notamment sur le marché du BTP et de l’off-shore et d’une manière générale les aciers pour les applications à basse température,
  • améliorer la connaissance des mécanismes qui régissent la transformation des phases et la formation de précipités associés à l’introduction de micro-éléments d’alliage, pour promouvoir les produits en acier moulé.

Travaux réalisés

Deux nuances d’aciers micro alliés ont été retenues pour ce projet, au terme de la recherche bibliographique, ces nuances étant comparées à la nuance normalisée de référence G10 MnMoV6.

Points majeurs

Les travaux vont continuer de porter en 2012 sur ces deux nuances. D’ores et déjà, ils ont montré que l’obtention de caractéristiques conformes à la norme, surtout en résilience à basse température, demande un traitement thermique spécial, dit « intercritique ».

Suivez nous sur

Espace abonné